B-Boyz, Burger & Fries, Si Senor : les burgers non chroniqués de l’été…

Et d’un peu avant… Avec plus de 130 burgers végétariens recensés sur Paris, tout ne finit pas en chronique. Le point sur les tests qui n’ont pas été publiés.

Burger and Fries

burger, frites et boissons chez Burger and Fries

(c) Burger and Fries – Toute comparaison avec la qualité habituelle des photos de ce blog fera l’objet d’un signalement PHAROS.

Burger and Fries, c’est le resto qui n’est pas Five Guys, mais qui a piqué toute leur identité visuelle et leur slogan. On a testé à la toute fin décembre (oui oui), avec l’espoir de chroniquer pour janvier.

Un burger avec potato bun, salade, tomate, oignon, double cheddar, mais pas de steak. Le pain est excellent, et le burger provoque l’enthousiasme. Le bun est moelleux, léger, fondant ; le burger tient bien en main. Mais l’absence de patty est rédhibitoire.

Même avec des frites croustillantes, fines, pas salées et très bien cuites, ça ne compense pas. On reste peu rassasié, et tout l’attrait du resto retombe lorsqu’il faut choisir une note. Score prévu : entre 4,5 et 5/10.

Pourquoi on n’a pas chroniqué : j’ai perdu toutes les photos dans un problème de téléphone. Sans photos, et pas passionné par le burger, on a préféré ne pas revenir.

BIIM

burger avec pain, steak de pois chiche, tomate coeur de boeuf et roquette

Sans me vanter, mon avant bras est franchement érotique

En février, il y avait un BIIIM « éphémère » à la place du Petit Trianon. On est y est passé par hasard, en essayant d’aller chez B Boyz, qui était alors FERMÉ contrairement à ce qu’annonçait ses horaires (détails plus bas).

Le burger était sympa, sans être ni un iPhone 7, ni une révolution. Un patty de falalel, une mayo citron, une mayon chipotle, des oignons, une tomate cœur de bœuf (!), de la roquette, du fromage et des poivrons rouges.

On sent bien chaque ingrédient, et la tomate se remarque vraiment par rapport à d’autres burgers. Point négatif : le steak-purée dans l’esprit et la couleur de 231 East Street. Le steak purée n’est jamais une bonne idée. Sauf à vouloir créer un dispositif de projection de purée en forme d’hamburger. Point positif : la mayo, qui selon mes notes « déchire grave ».

Coté frites, les cheese fries sont pleines de sauce, mais restent croustillantes. De taille moyenne, grillées inégalement, elles ont ce truc des frites qui plaisent à tout le monde. Mon acolyte dit qu’elle sont « excellentes ». En même temps, elle disait que celles de Burger and Fries étaient « parfaites ».

Note prévue : autour de 6 /10.

Des frites, en gros plan mal cadré

« Le pot aux frites », Allemagne, 2016, par Bürgher Vaighé, artiste

Pourquoi on n’a pas chroniqué : (1) lieu « éphémère », donc peu propice à la chronique ; (2) la chronique de Chez Arnaud pour le même mois était meilleure ; (3) le site biiim.fr a été mort plusieurs jours au moment où j’ai voulu écrire la chronique. Et j’en avais besoin pour certaines infos (adresse, etc.). Le site biiim.com, qui se fout de leur gueule, est lui toujours bien en ligne.

B Boyz

B Boyz n’a aucune excuse. Sur leur carte, il y a du patty de soja maison, des steaks de pomme de terre, des portobellos : il y a tout pour faire plusieurs burgers végétariens à la composition solide. Il y a même de quoi faire du burger vegan, vu qu’avec du porto-bello, tu remplaces le bun.

À la place, il y a un seul burger végétarien, avec de l’avocat en guise de pain et un patty de soja qui s’émiette de partout. Pas mauvais en soi le patty, mais il s’émiette de partout. Et le burger arrive sans frites, avec une espèce de salade { pousses, rapé de carottes, etc. }.

Ça pourrait être vegan, mais nan, parce qu’il y a du boursin en plus. Ça pourrait aussi être un un vrai burger, mais nan parce qu’un demi avocat ne peut pas sérieusement remplacer du pain. D’ailleurs, ça vient avec des couverts, parce que tu peux pas le manger à la main.

Pour 15 €, c’est inadmissible. B Boyz mérite 1/10.

image floue d'un avocat sur une planche en bois, l'avocat prétend être un burger

C’est flou, mais une belle photo n’aurait pas forcément arrangé l’affaire.

Pourquoi on n’a pas chroniqué : B Boyz, c’est sombre, surtout le soir. Impossible d’y prendre une photo exploitable pour l’article avec mon matériel. J’ai hésité à revenir avec mon acolyte en journée, mais à 15€, ça fait mal. Et puis moi, je suis le mec sympa. Si mon acolyte teste, ça va passer dans les notes négatives.

Si Señor

Si Señor est un foodtruck péruvien qui fait un burger végé. Un énorme burger végé. Avec des frites de manioc dedans, avec de la patate douce dedans, avec une galette d’œuf frit, du fromage et de la salade. Quantitativement, ça dépasse tout ce que j’ai testé.

C’est bon et la recette est originale. On peut lui reprocher d’être un peu grasse. Parce que friture, frites, plus frites, avec du fromage… À expérimenter une fois. Un jour où vous n’avez pas mangé le matin. Ni la veille.

Si Señor est souvent au Mk2 Bibliothèque. Est-ce qu’ils y sont aujourd’hui ? La réponse est sur cette image (planning des foodtrucks du Mk2).

Burger végétarien de Si Senor

Délicieux…

Pourquoi on n’a pas chroniqué : c’est super gras et il y a de l’œuf dedans, j’arrive pas à me convaincre d’y retourner pour un test.

Et à part ça…

On est repassé à Maison, au Camion qui fume et à l’Échoppe de Paris, qui sont toujours au top. Au Frog’s, le burger a été revu depuis l’ancienne chronique et sa première mise à jour de 2015. Maintenant c’est bien et la chronique a été re-mise à jour.

On déplore la disparition sans projet de réouverture de Hobbes, un des meilleurs burgers de Paris et ma chronique préférée du site. On note la relocalisation de Meat and Bread, qui n’est plus du tout dans le même coin. Du changement aussi pour le HD Diner, où le steak de tofu remplace l’ancien burger et devient intégrable dans toutes les recettes.

Pour finir, merci à tous ceux qui m’ont envoyé des infos sur les nouveaux burgers, restos, et où sur les changements dans des endroits connus. Le blog et le carte des burgers ne seraient pas les mêmes sans vos contributions.

Publicités

3 réflexions sur “B-Boyz, Burger & Fries, Si Senor : les burgers non chroniqués de l’été…

  1. Big up, my man!

    Je te rejoins pour Maison dont le burger au tofu japonisant est vraiment intéressant (mais un peu trop salé quand même). Dommage que le pain ne soit pas vegan aussi, sans ça (et de la mayo ? Je crois que j’avais demandé sans) il le serait.

    Ah et je suis fort triste pour Hobbes. Des mois que je voulais tester :'(

    Aimé par 1 personne

    1. Pour Maison, je pensais que c’était juste la panure qui était avec de l’œuf. Bah, anyway, pas vegan quoi.

      Pour Hobbes, c’est vraiment une perte pour l’offre parisienne :(

      J'aime

Je donne mon avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s